COMMUNIQUE DE PRESSE:

Du jetable à la réparation

La Journée Internationale de la Réparation met les bénévoles des Repair Cafés à l'honneur

 

Réparer au lieu de jeter doit, selon notre communauté, être autant un droit qu’un réflexe. Des milliers de citoyens font aujourd'hui partie d'un mouvement mondial de la réparation. Le #RepairDay, la Journée Internationale de la Réparation ce samedi 20 octobre, souhaite mettre l'accent sur la réparation et montrer que nous pouvons réduire la montagne de déchets et ainsi maintenir les matières premières au sein d'une économie circulaire, le plus longtemps possible.

 

Trop d’objets en panne ou cassés finissent à la décharge ou à l’incinérateur, d'une part parce que la qualité des produits se détériore et d'autre part parce que ces objets sont considérés comme des consommables qui, via le marketing, sont conçus pour être rapidement remplacés par du neuf. Le mouvement citoyen de la réparation permet de sortir ces objets de l'ombre, de les réparer et d’inverser cette tendance au tout jetable. Dans les nombreux Repair Cafés ou initiatives similaires centrées sur la réparation et le réemploi qui se multiplient partout dans le monde, nous pouvons réapprendre à prolonger la vie de nos objets dans une dynamique collaborative. D’après nos statistiques, les Repair Cafés en Belgique ont, depuis leur début en 2012, sauvé plus de 500 tonnes d'appareils et objets cassés de la montagne de déchets. La fondation Repair Café International recense déjà plus de 1600 Repair Cafés permanents dans le monde, répartis dans 33 pays.

 

Droit à la réparation - #RightToRepair

Le thème de la Journée Internationale de la Réparation de cette année est "Le droit à la réparation". Réparer n'est pas seulement une question de changement de mentalité. Une personne désirant prolonger la vie de ses objets se heurte encore trop souvent aujourd’hui à toute une série d’obstacles : l'indisponibilité des pièces de rechange, l’augmentation de la difficulté des réparations, la trop faible différence de prix entre une réparation et l’achat d’un nouveau produit ainsi que la difficulté à trouver des réparateurs spécialisés pour ne citer que que quelques exemples. C'est également ce qui ressort d’une récente étude Benelux de l'Institut de recherche technologique (VITO) de la KUL. Selon eux, trois critères sont essentiels pour que les consommateurs sachent si un appareil est réparable : l'information, la conception du produit et les services de réparation proposés par le fabricant.    

 

Le mouvement s’amplifie

Au-delà de la problématique environnementale et du monstrueux gaspillage de matières premières, l’intérêt de l'utilisateur, voire son opinion, sont dans bien des cas bafoués. C'est pourquoi une série d’acteurs du secteur s’organisent pour changer le cours des choses. Netwerk Bewust Verbruiken en Flandre et Repair Together pour Bruxelles et la Wallonie s’investissent dans des projets de recherches et d’actions visant à concevoir des produits moins éphémères ayant une incidence environnementale minimale. L’impact des Repair Cafés dans ce combat est autant indispensable qu’indéniable et il n’existerait pas sans les milliers de volontaires qui, partout dans le monde, agissent avec détermination et ouverture d’esprit. Cette lutte et ce droit à la réparation, symbolisée par cette journée internationale, le souligne. Elle est absolument essentielle et participe à l’évolution du monde que nous voulons plus juste et plus durable.

 

DECOUVREZ LA VIDEO

Reportage vidéo réalisé par la NBV et Repair Together à l'occasion de cette Journée Internationale de la Réparation, en l'honneur des bénévoles des Repair Cafés

 

Compléments: What's the Right To Repair ? + Vidéo

 

Presse contacts:

Jonathan Vigne

Repair Together asbl

T : +32 498 45 99 84

jonathan.vigne@repairtogether.be

https://www.repairtogether.be

 

Eva Van Velzen

Netwerk Bewust Verbruiken

T: +32 485 83 64 41 (ou 02 894 46 15)

eva@bewustverbruiken.be

https://www.bewustverbruiken.be