Opinion: Nous sommes déjà champions du recyclage, devenons également champions de la réparation et du réemploi

Relance de l'économie:

Maintenant que la pandémie corona s'est étendue à la quasi-totalité du monde, les faiblesses de notre système économique remontent à la surface. Aujourd'hui, les gens sont inquiets pour leur santé et leur emploi. Pouvons-nous nous concentrer sur des mesures de relance réfléchies qui rendront l'économie de demain durable ? Nous plaidons déjà chaudement en faveur d'une véritable "économie de la réutilisation".

8 avril 2020

Photo : Repair Café Diest

Source NL: Repair & Share en collaboration avec BBL, BOS+, Catapa, De Kringwinkel, Ferm, Greenoffice UAntwerp, Greenpeace, HERW!N, MAAKbar, Neos, Netwerk Bewusten Verbruiken, Repair Together, Welzijnszor

 

Nettoyage de printemps précoce

Le Belge est resté dans son logis ces dernières semaines et a nettoyé en masse. Des photos de placards, de caves et de salons bien rangés ont été diffusées sur les médias sociaux. Dans les garages et à l'avant des jardins, des piles et des poubelles d'objets mis au rebut ont fait leur apparition : appareils électriques, vêtements et jouets - cassés, tombés en désuétude ou simplement oubliés. Dans de nombreux parcs et rues, les dépôts clandestins ont augmenté.

Afin de parer aux déversements illégaux, les parcs de recyclage ont rouvert. Un choix compréhensible, mais qui donne aussi matière à réflexion. Sommes-nous suffisamment attentifs à la quantité de déchets ménagers produits par notre économie ? Une grande partie de la production matérielle de notre économie est littéralement destinée à être jetée. Dans l'UE, chaque citoyen produit en moyenne 4,5 tonnes de déchets par an. La moitié de ces déchets finissent dans des décharges. Ce sont des choses qui se décomposent ou qui ne répondent plus à nos attentes ou à notre goût. Le vieillissement planifié et le fast fashion sont peut-être bons pour une croissance infinie, mais ils sont terriblement inefficaces en ce qui concerne les matériaux, l'énergie et la main-d'œuvre. La réouverture des parcs de recyclage, avant la réouverture des magasins de recyclage et des services de réparation, illustre une fois de plus à quel point notre économie est basée sur les produits jetables.

Économie circulaire locale

Comme d'autres crises, la crise du coronavirus est une occasion de faire le ménage, non seulement dans notre maison, mais aussi dans notre économie. Une crise met en évidence les domaines dans lesquels le système échoue. Cela montre que ce que nous tenons pour acquis nous met dans le pétrin. Si nous voulons sortir l'économie de son marasme et nous concentrer sur une reprise résiliente et durable, concentrons-nous sur une économie locale et circulaire.

Rompre la logique du jetable peut avoir des avantages économiques, sociaux et écologiques. Nous sommes déjà des champions du recyclage, devenons aussi des champions de la réparation. Plusieurs études (de l'UE, de l'ADEME, VITO, de l'OVAM ...) montrent que le développement d'un secteur de la réparation professionnelle fort créerait plus d'emplois locaux, plus d'emplois sociaux et moins de déchets. Au cours des dernières années, le nombre de réparateurs et d'ateliers de réparation (pro) a diminué. Inversons cette tendance.

 

La bonne nouvelle est que de nombreuses mesures visant à stimuler le secteur de la réparation sont en place. Au cours des derniers mois, les chercheurs et les organisations travaillant sur le droit à la réparation* ont élaboré une série de recommandations politiques telles qu'un taux de TVA réduit pour les réparations d'appareils électriques, l'obligation pour les fabricants de concevoir les appareils de manière à ce qu'ils soient faciles à démonter pour être réparé et la garantie que tous les réparateurs aient accès aux pièces détachées et aux informations sur les réparations (manuels, schémas)

Il est impossible de dire à ce stade à quoi ressemblera le monde après la crise du COVID-19. Mais nous pouvons clairement faire le choix d'un monde plus résilient, plus localisé et plus écologique. Nous espérons que les décideurs politiques feront également les bons choix pour la reprise de l'économie et pour notre avenir commun.

 

Source NL:  Repair&Share vzw en collaboration avec une alliance croissante d'organisations (dont BBL, BOS+, Catapa, De Kringwinkel, Ferm, Greenoffice UAntwerp, Greenpeace, HERW!N, MAAKbar, Neos, Netwerk Bewusten Verbruiken, Repair Together, Welzijnszorg).