Le droit à la réparation n'a jamais été aussi nécessaire qu'aujourd'hui.

Ugo Vallauri
Policy Lead, The Restart Project

Source: repair.eu - La coalition: Right To Repair Europe

 

Il y a tout juste quarante jours, nous célébrions une étape clé dans la promotion du droit à la réparation en Europe : le lancement du plan d'action de l'UE pour l'économie circulaire. Le CEAP définit clairement les produits réparables comme une priorité pour le "Green Deal" européen, et mentionne spécifiquement la réglementation des smartphones, comme nous l'avions demandé dans le cadre de notre campagne. Peut-être plus important encore, la Commission européenne a choisi de mettre l'accent sur la réparabilité des produits, et plus particulièrement sur le droit de réparation, comme thème clé lors du lancement du plan d'action.

 

Aujourd'hui, moins d'un mois et demi après l'annonce, l'Europe se trouve submergée par la crise Covid-19, et certains signes inquiétants indiquent que les travaux visant à concrétiser ces engagements audacieux pourraient être retardés.

Reuters a fait état d'une fuite d'un document mettant en évidence le report des travaux liés au "Green Deal" européen, notamment les initiatives visant à donner aux consommateurs de meilleures informations sur la durée de vie des produits, leur réparabilité et la qualité des services de réparation disponibles. Bien que cela ne soit pas encore confirmé, c'est un signe très inquiétant.

 

Cette fuite est survenue quelques jours après que de grands groupes technologiques et industriels aient publiquement demandé à la Commission de retarder des réglementations déjà convenues : par exemple, "retarder certaines nouvelles obligations de conformité des produits TIC" (Digital Europe), et "retarder de deux ans l'objectif actuel de collecte de 65 % des DEEE [déchets électroniques]" (APPLiA). 

Les raisons légitimes, liées à la pandémie, des retards de mesures spécifiques doivent être ciblées et proportionnées et doivent être soumises à l'examen du public et de nos élus.

La pandémie ne doit pas provoquer un silencieux défaut de retard.

Nous craignons que la pression de l'industrie ne s'intensifie, tant au niveau national qu'européen. L'urgence actuelle pourrait également servir à justifier le report de politiques innovantes qui aideront les populations et la planète - qui devraient progresser régulièrement.

Si une chose est claire, c'est que la réparation est essentielle, pendant cette crise, et au-delà. Les Européens considèrent cela comme une priorité : selon le récent sondage Eurobaromètre, 8 personnes sur 10 pensent que les fabricants devraient être tenus de faciliter la réparation des appareils numériques.

Nous croyons au droit à la réparation

 


Les tweets de la Commission (DG Justice et Consommateurs et plateforme des acteurs de l'économie circulaire de l'UE) à l'occasion de la Journée de la Terre reconnaissent le caractère central de la réparation.

 


Consommateurs de l'UE

Cependant, nous devons veiller à ce que les paroles se transforment en actes sans retard injustifié, afin d'éviter que les règlements relatifs au droit de réparer ne soient reportés ou affaiblis dans les mois difficiles à venir.

Le monde de l'après-Covid-19 doit être résilient et la réparation est un outil essentiel pour atteindre cette résilience tout en permettant aux consommateurs d'économiser de l'argent, ce qui sera encore plus crucial pour les Européens à partir de maintenant.